AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Programmé pour mourir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elora blue
Animatrice de section
Animatrice de section
avatar

Féminin
Nombre de messages : 11526
Age : 37
Localisation : Pas de Calais
Pays : France
Emploi : éducatrice
Date d'inscription : 26/04/2007

MessageSujet: Programmé pour mourir   Jeu 20 Déc - 13:40


Noël: nos cadeaux sont-ils programmés pour mourir?



Crédit Photo : TF1
Le père Noël


Enquête -Chaque
année à Noël, on achète et on jette des produits électriques et
électroniques jugés de moins en moins résistant. Hasard ou stratégie
marketing?



L'obsolescence programmée existe-t-elle? LCI.fr a mené l'enquête.



MORBOIS Stéphanie - le 20/12/2007 - 09h58

Qu'un
yaourt ou du jambon ait une date de péremption ne choque personne. Mais
si votre GPS, tondeuse à barbe, appareil photo numérique ou téléphone
portable avaient une durée de vie limitée? Et si les industriels
concevaient sciemment des produits programmés pour mourir de manière à
vous faire sans cesse consommer davantage? La question de
l'obsolescence programmée se pose.

"C'est quelque chose
qui se dit depuis longtemps mais qui n'est pas démontré. C'est très
difficile de chiffrer la durée de vie des produits",
selon Denis Vicheras, directeur du développement durable à la FNAC.
"Mais il est vrai que les produits premiers prix qui ne portent pas de
marque connue ont une durée de vie plus faible du fait notamment des
conditions de fabrication trop légères
", juge-t-il.

Nicolas
Buclet, directeur du Centre de recherches et d'études
interdisciplinaires sur le développement durable (CREIDD) est beaucoup
plus affirmatif. Pour lui, l'obsolescence programmée existe. C'est "une question de survie pour l'entreprise". Dans notre "système économique global" où une entreprise doit sans cesse vendre plus pour gagner plus, "si le bien dure trop longtemps, vous voyez le problème que ça pose", lance-t-il. "Ça serait logique pour une entreprise de le faire", ajoute-t-il.
Acheter et jeter

S'il
reconnaît qu'il est difficile de donner des cas concrets, on peut
traquer l'obsolescence programmée du côté des objets plus facile à
jeter qu'à réparer. Il cite l'exemple des tondeuses à barbe d'une
grande marque où dans bien des cas la batterie est soudée. Si une pièce
défaille, l'ensemble de l'appareil est à mettre à la poubelle. "Le fait de sciemment la souder signifie qu'on ne veut pas que la tondeuse dure plus longtemps que la batterie",
analyse-t-il. Dans certains cas, réparer une pièce est possible mais
coûte plus cher qu'un appareil neuf. On peut là aussi y voir un cas
d'obsolescence programmée. Même cas de figure pour des imprimantes
vendues moins chères avec une cartouche d'encre qu'une cartouche de
rechange vendue seule.

Selon Nicolas Buclet, l'obsolescence programmée peut aussi se nicher de manière indirecte dans les "fausses innovations" constamment proposées aux consommateurs. "On
pousse les gens à avoir de nouvelles fonctionnalités. On crée de faux
nouveaux besoins, sur les téléphones portables par exemple
". SMS, photos, Internet, autant de "besoins gadgets" créés par les industriels dans le but de vendre. "Les innovations marketing sont telles que les produits deviennent obsolètes d'eux-mêmes",
poursuit-il. Qui en effet n'a jamais remisé au placard un téléphone
portable qui fonctionne encore mais qui n'offre pas la dernière
fonction jugée indispensable. L'exemple du SMS est probant. Aujourd'hui
rares sont ceux qui se passent de textos, devenus un nouveau mode de
communication urbain.

Augmenter la durée de vie

L'obsolescence
n'est pas seulement un souci pour le portefeuille du consommateur qui
achète, jette, achète, jette sans fin. Elle est aussi un souci pour
l'environnement en créant chaque année des montagnes de déchets
électriques et électroniques. Si l'Agence de l'Environnement et de la
Maîtrise de l'Energie (ADEME) ne se prononce pas sur la question d'une
éventuelle date de péremption volontaire et secrète sur les produits,
elle planche en revanche avec les industriels sur des moyens
d'augmenter la durée de vie de nos objets.

"On réfléchit
sur l'éco-conception avec notamment les éco label (durabilité du
produit, pièce détachée). On a par exemple travaillé sur la robustesse
d'un aspirateur Rowenta dont la durée de vie est accrue du fait qu'il
soit beaucoup plus résistant aux chocs
", explique Sarah Martin, chargée des déchets d'équipements électriques et électroniques ménagers (DEEE) à l'Ademe.

"Inventer une économie plus intelligente" est selon Nicolas Buclé la solution pour sortir de ce système. Il prône l'économie de fonctionnalité, un système dans lequel "moins je produis d'unité, plus je propose de service". Un
système dans lequel Michelin ne facture plus le pneu mais le nombre de
kilomètres parcourus. Une méthode qui permettrait de lutter
radicalement contre l'obsolescence programmée puisque l'industriel est
responsable du service après-vente. Il y a néanmoins peu de chance
qu'elle soit adaptée un jour à nos petits appareils électriques et
électroniques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Programmé pour mourir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TROP JEUNE POUR MOURIR de Perrine Huon
» [Mccullough,Colleen] Les oiseaux se cachent pour mourir
» Colleen McCullough - Les oiseaux se cachent pour mourir
» Les libraires se cachent pour mourir
» 24 HEURES POUR MOURIR de Greg Iles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
baguetteville :: La buvette :: Actualités-
Sauter vers: